"Non, il n'y aura pas de guerre civile en France!" (Mélenchon)




Jean-Luc Mélenchon, leader du Parti de gauche (PG), s'est dit "contre la logique de choc des civilisations", dénonçant le rôle des médias qui passent "des heures d'informations faisant peur".

"Je suis contre la logique du choc des civilisations et je m'inquiète de voir que depuis le 11 janvier, c'est au quotidien, tous les jours, des heures et des heures d'informations dramatisant, faisant peur, on croirait que la France est pays antisémite rempli d'islamistes radicaux, prêts à égorger tout le monde au coin d'un bois", a dénoncé Jean-Luc Mélenchon dans l'émission C politique sur France 5.

"Que sont ces islamistes radicaux? Des sectes comme nous en combattons d'autres, donc nous avons des armes, nous savons faire face", a-t-il dit. "Le but politique de ces gens c'est de pousser les Français les uns contre les autres, donc il ne faut pas leur en donner les moyens. Je commence à être agacé de voir ces heures passées à décrire une France qui serait antisémite comme si nous étions chargés de faire la propagande de M. Netanyahu qui voudrait que les Français de confession juive quittent leur patrie pour aller en Israël. Ça suffit maintenant", s'est agacé le leader du Parti de gauche.

"Non il n'y aura pas de guerre civile en France des uns contre les autres, et la religion en politique c'est la catastrophe totale", a-t-il lancé. Interrogé sur la montée du Front National, l'ancien candidat du Front de gauche à la présidentielle a là aussi pointé la responsabilité des médias.

"Des gens qui font le calcul que le FN est une bonne affaire et qui donc ont aidé à sa dédiabolisation, ont aidé à la mise en scène du personnage riant, chaleureux amical (...) Je sais qui fait des publi-reportages constants pour Mme Le Pen", a-t-il déclaré, en citant "la pravda de l'ordre établi: le journal Le Monde" "Les médias n'ont donc aucune responsabilité selon vous?" a demandé Jean-Luc Mélenchon.

"Depuis le 11 janvier, combien avons-nous eu de reportages sur des grandes chaînes (...) sur des situations sociales? Quand voit-on mis en scène autre chose que le sempiternel discours, tous les jours, sur les djihadistes qui nous menacent, la France qui est antisémite et blablabla... jusqu'à la nausée, une éthnicisation permanente de tous les problèmes de la France?"